Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BenBlog
  • BenBlog
  • : Ce site / blog artistique et ludique a pour vocation de présenter mes productions, et celles d'auteurs invités : livres, poèmes, chansons, nouvelles, expositions, billets d'humeur sur la vie culturelle, politique, sociale et juridique, émissions de radion, compositions musicales électro-acoustiques.
  • Contact

Recherche

Archives

1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 23:00

 

  ArtMagritte-7c263

Haïkus virtuels

 ArtMagritte-7c263

 


Tango si

langue et

rencontre, ou pas.

 

***


les ellipses
les deux je
et les bateaux qui tanguent dans le silence des dieux

 

***

 

bonjour
je ne te connais pas
la nuit
anticipe nos pas


***

 

j’aimerais bien
madame
ne jamais vous connaître


***

 

la bise
trémolo dans la voix
adieu
inconnue tralala

 

***

 

Ma racine de langue
fouillera tes angoisses

pardi


                                               ***

Pina boche
Juif idoine
Je tiens ton
Art

en partage

 

***

 

Malaise.
j’écoute
l' âpre et dur
de ta langue

tordue

 

***

 

 

 

La France

Marine

Jus rance

De rimes

plates.


Repost 0
Published by Ben - dans Poésie
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 09:48

 

la-pluie-sur-la-riviere

 

 

 

Muguet mouillé


Rue des matins qui pleurent


Mémoire blessée,


Partie,


Partis pris de bonheur


Putain de printemps


Ouais

 

 

Rue-de-Paris--Gustave-Caillebotte.jpg

Rue de Paris, Gustave caillebotte

Repost 0
Published by PA Gourion - dans Poésie
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 06:20

muguet1

Muguet, foule et jasmin

 

Muguet, foule et jasmin,

Le figuier ce matin

Portait l’enfant la belle

En son cœur en son sein

 

Voyait la fille éclore

En ses rêves aladins

Lumières magiques encor

Que nos espoirs sereins

 

Fasse naître la femme

Loin des débats malins

Caresses d’amour à l’âme

L’Histoire repasse, enfin.

photo-muguet-fond-decran-1er-mai-L-2

 

 

 

 

 

 

y1pOGTQtLI8I4gFQCHECnl-POaj-MFMLQu1MNisWIMqWoSY0LZURjYd4u d

Repost 0
Published by PA Gourion - dans Poésie
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 18:21

 

  kerkenna2009

Caresse d’Eponge                                               

 

Caresse d’éponge

Sels de la vie

Les pêcheurs plongent

Le corps naquit

 

Magie des songes

Cœurs de minuit

Halte aux mensonges

Hypocrisies

 

Mon âme vole

Vers vous la nuit

Nos corps s’envolent

Et s’amourachent des maquis

 

Pensées jaillissent

Gangues des photos jaunies

La lumière tisse

Trame d’avenirs infinis

 

kerkenna2073

 

Caresse d’éponge

Au long de ton corps assailli

Mes mains prolongent

Ton plaisir qui revit

 

Seins lourds se dardent

Des frissons de l’envie

Ma bouche tarde

A s’emparer de tes lèvres tandis

 

Que le temps passe

Inexorable pardi

Passé trépasse

Et vivent les moments bénis

 

Caresse d’éponge

Sens de la vie

Les pêcheurs plongent

Vers des abimes inouïs.

 

kerkenna2028

 

 

 

 

Nu.jpg

 

 

 

 

kerkenna2072

Repost 0
Published by Pierre Alain Gourion - dans Poésie
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 07:54

TANGO PLAGIAT et GRIPPE AVIAIRE
 par Pierre Alain GOURION



J'avais une douce amie, une crevette de taille
Avec des yeux verdis et des antennes roses
Les bras endimanchés, et la cote de maille,
Qui avait de l'humour et le goût de la chose.

Elle m'offrit un tango
Très, très hospitalier.
Me voilà sombre héro
D'un moment chaloupé.

Milonguero maqué
Par crustacée hirsute
Je me vis débarquer
De ses rêves. Et puis zut !



Je lui dis tout de go
Faisant fi de l'Ego :

Je vous aime des yeux
Je vous aime du cœur
Mais j'ai peur de ceux
Qui courtisent ma sœur.


Hello, beau sombre héro
Répondit la Pucelle
Tes mots
Sont du Feydeau




Du Courteline pompé
Marivaux de mes couilles
Du Racine abimé
Par une triple andouille !



Le sang, que j'ai fort vif
Ne fit qu'un seul tour
Hâtif.
C'était mon jour

De juif
Mon parfum d'arabesque
Et sous ma plume de suif
Il me vint cette fresque :

En un mot comme en cent
Ici pas de stagiaire
Que je meure si je mens
Et que la grippe aviaire

Ou, peu me chaud, porcine
Chevaline, mexicaine
Me tombe sur la pine :
Tout était de ma veine.

Le sombre héro nubile,
Martyr de milonga
S'il a la plume fertile
Est mollet flagada.

De vos campagnes lointaines
Dans vos rêves innocents
Vous fûtes une incertaine
Lectrice. Je m'en ressens,

Cruelle, d'ainsi douter si net
Que ces vers fussent de moi
Auteur sur l'Internet
Emasculé de lois.

Mais elle chercha, habile,
La vérité toute nue.
Voilà qu'elle sort sa bile
Son venin de la mue,


Et qu'elle trouve la ficelle :
L'origine de mes mots
Google dixit, pas elle,
C'était du Paul Claudel !



Me voilà démasqué
Zéro rêve, Zorro,
Zébie postérité,
Car copier il ne faut.

Les héritiers Claudel
Vont me faire un procès
Je plaide coupable d'icelle,
Poésie crustacée

J'ai chopé le virus
Inspiration glaciaire
Elle a pris mon phallus
Vilaine grippe plagiaire.

Eunuque condamné à danser le tango
Des pilleurs de rêves, des voleurs de mystiques,
J'ère à perpétuité dans les bals de mélo,
Et les fantasmes filles des travelos antiques.



Repost 0
Published by PA Gourion - dans Poésie
commenter cet article
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 05:18


Frédéric Bradol :
Magiblog,
ou la soeur africaine.


Voilà une drôle d'histoire-témoignage écrite par un psychanaliste lecteur, sorte de blogoconte photographique en forme d'adresse à l'auteur-éditeur de ce blog. Comme un rève d'homme sensible, un peu d'ailleurs. Etrange, beau et vrai comme la nuit qui l'inspira.Texte et photographies de F. Bradol. Ben.

 
Elle continue, la magie de ton blog, ... Ben !

il se passe de ces choses !

Je n'avais pas de soeur, depuis quelques jours et séquences d'espace-temps ...

j'en ai une, une pas semblant, une vraie ...que je vais présenter à "maman".

Elle s'appelle Sarrah, nous avons scellé ça ce soir ...

Feu


Sarrah a désormais un frère qui s'appelle Frédéric et Frédéric à désormais une soeur, qui s'appelle Sarrah !

Et c'est à cause de toi.

D'ailleurs, dans ces temps, tout est "à cause de toi".

Acceptes-tu d'être la cause d'un bouleversement dans ma vie ...

Ton blog serait-il une caverne d'Ali Ben Baba ???

Avant, je vivais paisible, au fond de mon terrier !!!

Maintenant je suis attiré hors de mon terrier "comme par une musique".

Quest-ce qui se trame dans l'ombre ???
Bonne nuit.


Qui es-tu, Ben ?

Un magicien du "LIEN", puisque j'ai une soeur, à présent !

Je te décrète parrain ...

Est-ce que ça te convient ?

Frédéric et Sarrah frère et soeur devant "BEN"...



Drôle de gueule


Quelque chose d'insu, arrive, dans la magie du printemps, quelque chose se prépare à éclore, en grand secret, ça n'a pas encore de nom !

Soeur serait trop précis, trop dense.

C'est beaucoup plus subtil : évènement que je ne peux nommer, mais dont tu es, Ben, le détonnateur.

Je tente d'en donner ici une image, qui va devoir s'élaborer.
ça arrive.

C'est comme une fête, une noce, oui, un festin ! Mais je ne sais encore ni le lieu, ni l'heure ...mais ça vient ...Je le sens !

Dans une Alchymie transe-lucide ...

Transe-Lucie ...


C'est ça, aussi, la fête, quand on ne sait pas tout.

Et la suite du conte glisserait sans bruit vers nous.

Sans bruit ...




Incroyable !!! Celà vient d'arriver ! Aussi, presque en même temps que l'autre évènement ! ça n'a pas de nom, non-plus ! ça a fait un petit bruit mou, contre la fenêtre de la nuit, ça ne s'est pas pressé ! ça a l'air de vouloir faire partie de la fête ! Ben ? qu'est-ce qui arrive ?

Aussi.


Le détonnateur ...et une soudaine explosion ! Ben ! Tu es encore coupable, toi et tes drôles d'idées de rassembler, pêle-mêle, pensées, paroles, visions, musique et tous ces êtres qui font du murmure et du grand bruit !

Ben, c'est ça, la fête, le graal, l'ombre et la lumière !


Un chant de la terre me monte entre les jambes, il me transe-perce de ses volutes féminines... 

J'accouche d'un coquelicot, il m'inonde de sang.

L'imprévisible.


J'ai mes premières règles et ça vient, ça n'arrête plus de venir ...

Une grande joie chaude m'inonde le bas ventre, je sens que je vais naître enfin, fécondé par un blog-sac-à-malices !




Il est tard ! il est arrivé sans bruit, en planant sur sa duveteuse verdeur ...il a dit je suis l'ange de verre !

Ange de Verre.

J'ai passé mes doigts lourds et fatigués sur mes déjà lourdes paupières, j'ai pensé: "tu déconnes d'arriver à des heures pareilles", mais bon ! Je me suis dit : "les temps sont ainsi faits ! j'accepte, je me soumets" ! Et  il a dit, sur un ton grave: "tu ne connais pas encore mon visage" ?
 
Alors j'ai vu, je ne suis pas prêt d'oublier !

Heureusement que tu es là, Ben et que tu me soutiens !

Je l'ai vu et c'était terrible.

Pourquoi est-il venu ? 



Ben !...POURQUOI EST-IL VENU ?


Nous avons continué de parler, à voix basse ! Il m'a parlé de toi ! Il venait de te quitter !!!

Enfin c'est ce qu'il a dit...

Il a dit qu'il était le lien entre nous.

Il a prétendu connaître nos histoires respectives.

Il a dit qu'il n'y avait pas de hazard !

Je m'en doutais un peu ! mais, toi, qu'en penses-tu ? Que dit ton sacré blog à ce sujet ?

Précisément, à ce SUJET ???...

Il faudra bien qu'il parle, qu'il dise ce qu'il sait !

Le peu qu'il dira nous sera précieux, absolument précieux !




Je vais aller faire dormir mes yeux, Ben ... Je suis épuisé ...

"On" a frappé au carreau, à cette heure ! Je n'ai pas cru bon d'ouvrir !

Personne ne s'est annoncé, c'est dire ! Je n'aurais pas ouvert ... je pense !

Mais on ne sait jamais, Ben, par les temps qui viennent, on  a peut-être tort de ne pas ouvrir en pleine nuit, à mille mille de toute terre habitée.

Je vais tâcher de m'endormir ... je pense à toi ! je suis un peu inquiet.

Je vais faire en sorte que la nuit soit ma soeur.

Si elle est d'accord pour ça ?
 
Une grande soeur aux mains noires et douces !

Une soeur africaine, généreuse et enveloppante !

Bonne nuit africaine








Repost 0
Published by Ben - dans Poésie
commenter cet article
23 décembre 2007 7 23 /12 /décembre /2007 15:18

         



                   
                                             undefined 

 

Ta main ce matin dans la mienne

 


Si naturellement, deux ailes en corps


Hier un songe 


d’obsidienne

                                 undefined

 

            
Extrait de Au Bonheur des Mots sur le Coin de ma Table, par Sainte Etienne.

Repost 0
Published by Ben - dans Poésie
commenter cet article
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 07:04

Le dernier tango

1-10-100-100-100-1

Image:Hiero chiffre 100.png Image:Hiero chiffre 10.png Image:Hiero chiffre 10.png Image:Hiero chiffre 1000.png Image:Hiero chiffre 10K.png Image:Hiero chiffre 100K.png Image:Hiero chiffre 1M.png Image:Hiero chiffre 100.png Image:Hiero chiffre 10.png Image:Hiero chiffre 1000.png

Le Centième Article :

Tango planétaire

1-10-100-100-100-1

Image:Hiero chiffre 100.png Image:Hiero chiffre 10.png Image:Hiero chiffre 10.png Image:Hiero chiffre 1000.png Image:Hiero chiffre 10K.png Image:Hiero chiffre 100K.png Image:Hiero chiffre 1M.png Image:Hiero chiffre 100.png Image:Hiero chiffre 10.png Image:Hiero chiffre 1000.png 

Numération égyptienne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Num%C3%A9ration_%C3%A9gyptienne

  Le centième article de ce blog, heu, c'est un peu mon année 2000, non ? Vous vous souvenez de l'an 2000 ? On nous avait prédit moult catastrophes, un bug informatique géant du au changement de millésime, et Nostradamus en personne nous menaçait de ses foudres.

Un photographe, Jean-Paul Lubliner, préparait un livre intitulé Tour eiffel, un voyage immobile (1) : il s'agissait pour lui de faire 365 photos de la Tour chaque jour de 1999, et d'y mettre des textes. Il m'en demanda un. J'écrivis : 

Tango planétaire
 
 
 
L’an deux mille
Ce n’est rien
Le passage d’un instant
A l’autre
 
L’an deux mille
Ce n’est rien
Nouveau millénaire
Des clous
Vietnam lunaire
Israël cinq mille
Sept cent
Cinquante neuf
Mahomet mille quatre cent
Vingt et un Hegire
 
L’an deux mille
C’est le temps
De la mort
Le bug
Le truc
Globale mondialisation
 
L’an deux mille
Arrêt sur image
Lettres et mots
Temps qui passe
Et temps qui se pressent
Des Aztèques aux Mayas
Et aux chants grégoriens
Compter
Classer
Numériser
Nos pauvres émotions
 
C’est le mondial du temps
Le cinoche du beau monde
C’est le tempo du globe
Le tango planétaire
 
Serres tes pulsions
Ami,
Ca va tanguer
 
  Il en résulte qu'au centième article, il ne se passe rien. Mais rien ! RIEN je te dis, n'insiste pas ! Juste un chiffre, un numéro. Cent à l'heure, et alors ? Vitesse du son, et puis quoi ?
  Vive la lenteur non numérisée !
 
$ 100

 (1)  Lubliner Jean-Paul,  Tour eiffel. un voyage immobile

http://www.2xmoinscher.com/livres-bd/lubliner-jean-paul-tour-eiffel-un-voyage-immobile-d3917.html


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by PIERRE ALAIN GOURION - dans Poésie
commenter cet article
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 16:53
Repost 0
Published by PIERRE ALAIN GOURION - dans Poésie
commenter cet article
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 07:35
 
Noir, un temps
 
 
 
 
 
Tu es blanc
Bien
 
Apprivoise quelque humain
Un co-pain
 
Plus tard dans l’amitié
Dis-lui que ta grand-mère
Ou ton arrière grand-mère
Etait noire
 
Et attend

 

Repost 0
Published by PIERRE ALAIN GOURION - dans Poésie
commenter cet article