Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BenBlog
  • BenBlog
  • : Ce site / blog artistique et ludique a pour vocation de présenter mes productions, et celles d'auteurs invités : livres, poèmes, chansons, nouvelles, expositions, billets d'humeur sur la vie culturelle, politique, sociale et juridique, émissions de radion, compositions musicales électro-acoustiques.
  • Contact

Recherche

Archives

1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 05:26

 

AfficheMiranda.jpg 

 

Les Vies déjantées de

 

Miranda

 

en ses Appartements

 

 

FlyerMirandaorangeverso.jpg

 

 

 

Voici, évoquées à travers des installations issues d'objets détournés, les vies déjantées de Miranda.
Danseuse de tango argentin, chanteuse, et comédienne, Miranda, qui parcourt ce monde malade
depuis 1904, a inspiré un auteur, Pierre Alain GOURION, dit PAGOU.

 

Miranda vous accueillera en ses appartements pour partager avec vous ses folles épopées.

 

Expo du 13 juin au 15 septembre 2014 à l'Anatole 45
45 Rue Anatole France - 69100 Villeurbanne
Metro A arret republique
Ouverture le lundi et le mecredi de 15h à 19h
ou sur appel téléphonique 06 03 78 64 68

 

Miranda-0139.JPG It Never rains in Bubble Art

 

_DSC0200.JPG Cablage des Esprits

 

Miranda-0472.JPG Babouch Hallal

 

Miranda-0229.JPG Miranda Te Ve

 

_DSC0012.JPG

Mon Fils a quarante ans

 

Miranda-9730_2.jpg African Lawyer

 

Miranda-9755.JPG Non Rétroactivité

 

_DSC0026_2.JPG Je téléphone à ma Souris

 

Miranda 9781

Fumer tue

 

_DSC0060_2_2.JPG Vie et Mort de Mardochée Ben Bouchoun

 

_DSC0047_2_3.JPG

Rio de La Platta

 

DSC0054 2 Mémoire d'Huile craquelée

 

Miranda-9788_2.jpg Dakar's Tortue

 

_DSC0088_2.JPGNotre Besoin de Consolation est impossible à Rassasier

 

_DSC0017_2.JPG

 

 

_DSC0091_2.JPG

 

 

_DSC0030.JPG Guerrier Medium

 

_DSC0034_2_2.JPGAttention : ces Médicaments sont peut-être innoffensifs

 

_DSC0099_2_2.JPG

 

 

_DSC0108_2.JPG Fumer tue

 

_DSC0019_2_2.JPG Barbie enchevétrée dans le désordre du Monde

 

_DSC0047_3.JPG Correspondance

 

_DSC0113.JPG

 

 

_DSC0101.JPG

 

Petit Notable

 

_DSC0080_3.JPG

 

 

_DSC0197.JPG

Pommes en Ficelle

 

_DSC0042_2_2.JPGLe Moulin à Prières

 

_DSC0009.JPG Clefs de Sagesse

 

_DSC0072.JPG

 

_DSC0183_2.JPG

Pommes Couleurs

 

Miranda-0031.jpg

 

_DSC0221.JPG Tango Si !

 

 

  Miranda 0117 Miranda de Toujours

 


Article du Progrès de Lyon
Mercredi 16 juillet 2014
Publié le 16/07/2014 à 05:00 Vu 3 fois

De la justice à l’art

 

 

Découverte. Pierre Alain Gourion a été durant 35 ans avocat à Lyon. Depuis quelques années, il se consacre à sa passion pour l’art et expose en ce moment ses œuvres dans une exposition intitulée « Les vies déjantées de Miranda en ses appartements ».

pierre-alain-gourion-dans-la-baignoire-de-miranda-photo-dr

Pierre Alain Gourion dans la baignoire de Miranda.  Photo DR

L’exposition « Les vies déjantées de Miranda en ses appartements », c’est l’histoire de Miranda, une danseuse de tango, chanteuse et comédienne argentine âgée de 101 ans, née en 1904 à Buenos Aires, qui a vécu entre l’Argentine et la France et qui se repose désormais du côté de Villeurbanne. Miranda est née dans l’esprit de Pierre Alain Gourion, alias Pagou, un ancien avocat au barreau de Lyon devenu plasticien, auteur, photographe, chanteur, en un mot un artiste, « j’ai toujours été intéressé par l’art, j’ai travaillé dans le cinéma à Paris avant de devenir avocat et j’écris depuis toujours », raconte Pierre Alain Gourion. L’exposition réunit 60 œuvres réalisées à partir d’objets détournés accompagnées de textes signés de la main de l’ancien avocat, « je suis parti des objets mais ceux-ci ne vont pas sans les textes, les deux se répondent », explique l’artiste membre de l’association Bubble Art. En assistant à l’exposition, c’est dans un univers tout entier que vous entrerez, vous découvrirez le salon de Miranda, son bureau, sa salle de bain…, la danseuse de Tango Argentin n’aura plus de secret pour vous, « Miranda fait partie de moi, souligne Pierre Alain Gourion, c’est une femme qui m’a été inspirée par les femmes de ma vie. C’est la première fois que j’expose mes œuvres, c’est un travail de cinq ans », poursuit-il. L’exposition est visible jusqu’au 15 septembre mais cette date ne signifiera sans doute pas la disparition de Miranda, son « créateur » ayant déjà imaginé son avenir, « Miranda devrait s’éteindre d’ici peu ici à Villeurbanne mais elle vivra toujours dans l’écriture ainsi que dans les objets et elle connaîtra peut-être d’autres vies ». DR. 

 

4-bubble.art50-.jpg

Repost 0
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 08:40
    spectacle leg
link (cliquez ici)
  
 

Pianiste et peintre, Frédérique Nalpas nous propose son nouveau spectacle.

 "Couleur tango" est une performance, représentation pianistique avec vidéo-projection de ses pastels sur écran géant.


Depuis de nombreuses années, Frédérique affectionne, lors de ses récitals, les répertoires variés et souvent de pays lointains, comme celui du brésilien Hector Villa-Lobos  ou  de l'argentin Astor Piazzolla.
L'été dernier, elle découvre par hasard les bals de tango argentin, sous les kiosques.

Elle est charmée et émue par cette danse sensuelle. C'est le déclic pour cette artiste complète et atypique de créer un nouveau spectacle  "son et lumière" autour de ce thème.

Alors que danseront accrochés à l'écran, ses pastels, elle rendra hommage avec son clavier à Astor Piazzolla, en interprétant ses oeuvres ainsi que celle du Compositeur Hector Villa-Lobos. 

couple qui danse

Frédérique allie une grande virtuosité au piano à un réel talent de peintre.
Née en Afrique, elle s'investit corps et âme à 16 ans, après avoir avoir suivi ses parents  dans de nombreuses pérégrinations entre le Congo, l'Europe et l'Algérie.

Une adolescence qu'elle a vouée à l'art sous toutes ses formes (danse, théatre, musique, peinture), comme si elle sentait inconsciemment, qu'un flambeau familial était à reprendre, en toute humilité et à sa manière : celui de son grand-oncle Antonin Artaud.


L'acharnement de cette artiste passionnée et hors normes lui a ouvert les portes du Conservatoire de Bruxelles, après une grande distinction en Supérieur de piano à l'Académie d'Ottignies.

 

Elle poursuit ses études au Trinité College de Londres et se perfectionne avec les plus grands noms du piano tels que Georges Pludermacher, Anne Queffelec et François-René Duchable.


Mais Frédérique n'est pas seulement une musicienne douée, elle a suivi parallèlement à sa formation musicale, les cours à la célèbre école de La Cambre de Bruxelles, dans l'atelier de pastel. "C'est le mode le plus tactile dans la peinture, cela rejoint le contact que j'ai avec les touches du piano" avoue-t-elle.

" je n'ai pas un parcours conventionnel et cela se voit dans ma manière de jouer" poursuit Frédérique.

En effet puissance, contraste , émotion sont les qualités qu'elle distille à la fois dans ses pastels et dans ses interprétations pianistiques.


Depuis, elle a ouvert l'Auditorium du Musée de Grenoble, celui de l'Hotel de Ville de Lyon, la Mairie de Paris.
Elle a été invitée dans de nombreux festivals tel que le Festival piano à Riom,le Festival Berlioz, les Estivales de Valras plage, le Festival de Briançon, le Summer's Brussels festival, celui des Minimes à Bruxelles, ou les journées musicales d'Oxford.

Mi amor 1 - Copie[1]
TANGO 2 '[1]


concerts à venir

 


Juillet 

4  à 20h30 /– Aix en Provence (13)/ Festival Rêves penséees-le puy ste Réparade

 

Août :

23 à 15h / Le Touquet (62) / Festival Piano Folies – Palais des Congrès

 

Septembre :

3 à 19h / Lyon (69)/ Grand Dome de l’Hôtel Dieu

5 à 20 h/ Courthezon (84)/ Théâtre de la Roquette

11 à 20h/ Lyon (69) / Festival Couleur Tango – Rotary de Lyon- L’Antiquaille

16 à 21h / Lyon (69)/ Hotel Dieu Lyon pour la 2éme biennale internationnale du pastel

17 à 21h / Lyon (69)/ Hotel Dieu Lyon pour la 2eme biennale intrnationnale du pastel

 

Novembre :

10 à 21h / Pais (75) /Satellit-Café au Festival Paris Banlieus Tango

 

www.myspace.com/frederiquenalpas

 

Elle donnera un concert au Loft'Art, à Villeurbanne,

LE SAMEDI 9 octobre 2010

à 19h.


Cette manifestation, piano et images vidéo, sera suivi d'une milonga (bal de tango argentin).

l_499ac3f96f84443e9c0de9872106f5ee.jpg

1266884540.jpg

1263917118_small_1.jpg

1263977844_small_1.jpg


 
www.lyonmag.com  
17-09-2010
Frédérique Nalpas enchante l’Hôtel-Dieu

Frédérique Nalpas est un OVNI. Cette quadra’ lyonnaise touche à tout est pianiste... et peintre. Jusque là, rien d’exceptionnel. Mais cette passionnée joint les deux sur scène pour des prestations uniques. Lyon Mag ne saurait que trop vous conseiller de ne pas louper son dernier spectacle « Couleur Tango. » Enlevé, emporté, dépoussiéré, les qualificatifs ne manquent pas pour dépeindre son style unique. Du « Performing Art » comme on l’aime. Une chance pour les lyonnais, elle se produit vendredi soir à l’Hôtel-Dieu, dans le cadre de la Biennale du Pastel. Interview.


Lyon Mag : Comment joint-on l’art du piano avec celui de la peinture ?
Frédérique Nalpas : Je suis plus exactement pastelliste. Au départ, j’ai fait une carrière de pianiste classique. Nous sommes assez nombreux sur le marché, et finalement, ce n’était pas si simple. J’ai toujours dessiné, j’ai fait les beaux-arts à Bruxelles, dans l’atelier de pastel. Je conservais en douce ce travail que je faisais. Je sortais un tableau de temps en temps. La même année, deux festivals ont eu écho de mon travail de pastelliste. L’un m’a demandé d’exposer. L’autre souhaitait une création plus originale, avec un diaporama pendant le concert de piano. C’est comme cela que tout a commencé.

Qu’y a-t-il de commun entre la musique et le pastel ?
L’émotion. Dans mes tableaux, on retrouve aussi systématiquement du mouvement. Je le traduis souvent par des femmes. Aujourd’hui, j’ai un peu évolué. Mon spectacle, « Couleur Tango », utilise plus des représentations de danseurs. Le mouvement et la danse sont très important. La musique est une forme de mouvement également. Les deux arts se joignent autour de ce lien commun.


Au niveau musical, effectivement, le concert sera moins classique que d’habitude. Je vais justement jouer le tango argentin du grand compositeur Astor Piazzolla. Je vais proposer ces oeuvres-là. Il est du répertoire classique, mais se situe plus entre le jazz et le classique. Il est vraiment à la limite.

Quel accueil avez-vous sur votre art si spécifique en France et hors de France ?
J’ai joué pendant une période en Angleterre, et également en Belgique. J’ai un projet important concernant le Tango Festival de Paris banlieue. Ce n’est certes pas hors de l’hexagone, mais c’est l’actualité la plus proche. J’ai joué récemment un festival Piano Folie du Touquet Paris-Plage. Cela me permet de toucher vraiment un public différent à chaque fois. C’est pour moi très intéressant.

Ce public, si différent à chaque fois, quelle est sa réaction devant votre spectacle ?
Beaucoup me parle du rêve. Ils passent de la musique à l’image d’une manière naturelle. Parfois, ils voient les deux en même temps, et partent dans une grande rêverie. Je suis ravie de l’entendre. D’autres parlent d’émotion. J’espère que mon jeu peut transmettre cette émotion.

Quels ont été tes modèles pour ton activité artistique ?
J’étais attiré par des grands pianistes très variés, de Keith Jarrett à Rubinstein. Concernant la peinture, ce sont mille peintres qui m’interpellent. Ils serait trop long d’en faire l’inventaire.

Pensez-vous être précurseur ?
J’ose le dire, je dépoussière les choses. Il faut savoir que les organisateurs de spectacle sont parfois frileux par rapport à la réaction du public. La France, que j’adore, est plus frileuse que certains pays, comme l’Angleterre, où on prend des risques. Mais je pense dépoussiérer les choses, et je suis convaincu qu’avec le temps, je vais gagner.

C’est difficile d’être précurseur en France ?
Oui, c’est difficile. Car on n’est pas toujours compris. A contrario, on peut être parfois porté aux nues. Mais j’ai quelques personnes qui m’aiment beaucoup, qui me soutiennent, et qui viennent régulièrement à mes prestations.

Vous avez joué jeudi pour la biennale du pastel jeudi, en quoi consiste cet évènement ?
Cette biennale réunie des pastellistes étrangers et lyonnais. Elle dure jusqu’au 3 octobre et se passe à l’Hôtel-Dieu. J’ai joué jeudi à 21h et je joue ce jour également à 21h.

Biennale du Pastel du 3 septembre au 2 Octobre 2010 - Hôtel-Dieu - Lyon 2ème

        ....

et ravira PARIS !

Elle présentera sa performance "Couleur Tango", éloge sonore et pictural du tango argentin,
au Satellit Café le 10 nov à 21 H, à Paris dans le cadre du Festival Paris Banlieues tango.
 
Le répertoire choisi, met à l'honneur, notamment, le compositeur Astor Piazzolla, ainsi que le brésilien, Heitor Villa-Lobos.
  
Blogs           http://www.myspace.com/frederiquenalpas
                  http://frednalpas.free.fr <http://frednalpas.free.fr/ 
Galerie        http://frednalpas.livegalerie.com 

 <http://frednalpas.livegalerie.com/

 
Infos pratiques :
 
Mercredi 10 novembre 2010 à 21 h.
Le Satellit Café <http://www.satellit-cafe.com/public/rubrique.tpl?rub=20647> .
44 rue de la Folie Méricourt, Paris 11ème, M°Oberkampf ou St Ambroise, tél 01 47 00 48 87.
www.festival-paris-banlieues-tango.fr <http://www.festival-paris-banlieues-tango.fr/>  

 

Nalpas-satellit-cafe.jpg  

Repost 0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 10:11

Aujourd'hui Antigone Affiche Toussieu


XXIème siècle, une dictature quelque part dans le monde
Antigone va revivre son histoire. Echappera-t-elle cette fois à son destin?
C'est une Antigone nouvelle qui est ici proposée, tragédie dans le fonds , burlesque et musicale dans la forme.


La création publique  a lieu à Toussieu (près de Lyon Saint-Priest)

 

les vendredi 30 avril et samedi 1er mai 2010

à 20h30,

dimanche 2 mai à 15 heures

Tarif 15 euros

 

Promotion sur www.billetreduc.com <http://www.billetreduc.com>  (taper Aujourd'hui Antigone" dans rechercher): 10 euros



Voir le diaporama en cliquant ici


http://www.youtube.com/watch?v=Q4NAwLRO4hY

 


 

Aujourd'hui Antigone Affiche Toussieu

Aujourd'hui Antigone Affiche ToussieuAujourd'hui Antigone Affiche ToussieuAujourd'hui Antigone Affiche ToussieuAujourd'hui Antigone Affiche Toussieu


Dans la mythologie grecque, Antigone (en grec ancien Ἀντιγόνη / Antigónê) est la fille d'Œdipe, roi de Thèbes, et de la reine Jocaste. Elle est ainsi la sœur d'Étéocle, de Polynice et d'Ismène. Son oncle Créon, frère de Jocaste, est également le père de son fiancé Hémon.


Après qu'Œdipe réalise qu'il a tué son père et épousé sa mère, il se crève les yeux, lègue le trône à ses deux fils qui devraient gouverner en alternant chaque année, et part avec Antigone, sa fille, errant dans les rues. Antigone, à la mort de son père, regagne le palais de Thèbes, où elle vit avec sa sœur Ismène. Polynice vient, à la tête des armées d'Argos, ville ennemie de Thèbes, reprendre le trône à son frère Étéocle, qui refusait l'alternance prévue. Les deux hommes s'entretuent lors d'un combat singulier (voir guerre des sept chefs). Créon, nouveau roi de Thèbes et frère de Jocaste, ordonne des funérailles solennelles pour Étéocle, mais interdit d'ensevelir son autre neveu, Polynice, considéré comme traître à la Cité. Seule Antigone s'oppose à cette décision et refuse de s'y soumettre. Ayant fait donner une sépulture à Polynice, elle est condamnée par Créon à être enterrée vivante dans le tombeau des Labdacides.
Son fiancé Hémon, fils de Créon, se tue sur le cadavre d'Antigone.


Son histoire a inspiré de nombreuses œuvres littéraires, et notamment :
Les Sept contre Thèbes d'Eschyle ; dans ce qui est souvent considéré comme un ajout postérieur par un lecteur de Sophocle et d'Euripide, la fin de la pièce représente la figure de la loi divine s'opposant seule à la loi des hommes, celle du roi Créon, oncle d'Antigone ;
Antigone de Sophocle ;
Antigone, ou la Piété de Robert Garnier ;
Antigone de Jean de Rotrou ;
La Thébaïde, de Jean Racine, reprend le mythe des frères ennemis, mais Antigone n'y est pas l'héroïne violente et subversive de Sophocle ;
Antigone de Jean Cocteau ;
Antigone de Philippe Duplessis ;
Antigone de Vittorio Alfieri ;
Antigone de Jean Anouilh ;
Antigone de Bertolt Brecht ;
Antigone d'Henry Bauchau ;
Antigone de Friedrich Hölderlin, ;
Rebelle Antigone de Marie-Thérèse Davidson
Meurtres à l'antique d'Yvonne Besson, est une réécriture de ce mythe ;
Antigone à New York de Janusz Glowacki ;
Antigone ou le choix nouvelle de Marguerite Yourcenar

280px-Antigoneleigh.jpg

Repost 0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 15:01

 

Souriez !

Souriez ! (appareil photo, boites à film 24x36, film négatif, diapositive couleur, plaque "présentez vous au guichet", acrylique, support en bois)

Ici, le visiteur est appelé à regarder l'objectif en souriant,puis à déclencher l'obturateur. Une lumière vive sort alors du boîtier et éclaire le sujet, ce qui ne sert rigoureusement à rien, aucune photographie n'étant prise. Stupide, mais les gens rient. 


 

Arobase

 

Arobase (acrylique sur papier)

Une tête bleue sort d'une bouteille boueuse. On reste confondu par le titre.


African Lawyer

African Lawyer (masque africain, bavette d'avocat, acrylique sur bois)

Le se disant sculpteur a cloué un rabat de robe judiciaire sur un masque camerounais, pour suggérer un choc culturel et la difficile défense des droits de l'homme. Bon voyage ! 

 

Bison à roulette

Bison à Roulettes (Plateau de table, jouets, figurine de porcelaine, circuit imprimé, pastels, acrylique)

Il n'y a que l'auteur pour voir ici un bison ! La figurine de porcelaine (en bas à gauche) se demande ce qu'elle fait là à contempler ce spectacle désolant.

 

CancerCancer (Boites de cigares, cigare, coupe-cigare, tube, pipe, cure pipe, allumettes, briquet, roule cigarettes, acrylique)

Probablement gros fumeur, M. Pagou s'imagine sans doute conjurer l'inévitable sort qui attends ses poumons en affichant sans vergogne les outils de son auto destruction. L'image est-elle conforme à la législation anti tabac en vigueur ?

 

Dakar's Tortue

Dakar's Tortue by courtesy of God (carapace de tortue, acrylique)

Veut-il lutter contre la disparition des tortues de mer ? Glorifie-t-il au contraire cette pêche honteuse ? Travail ambigu et titre prétentieux.

 

Le rêve du Pianiste

Le rêve du Pianiste (guitare électrique, haut-parleurs, métal, cables de connectique, éditions musicales découpées, acrylique) 

Oeuvre lourde (18 Kg !). Le visiteur est appelé à utiliser les cordes de cette guitare des années 60. Le son, amplifié par les haut-parleurs intégrés, fera frémir les musiciens vrais. 

 

Non Rétroactivité

Non-Rétroactivité (appareil photo, rétroviseur, code civil, plaques en cuivre, support métallique, bonnette rouge, interrupteur)

L'auteur prétends avoir trouvé ce vieux rétroviseur cassé dans un terrain vague. Regardant son passé chargé, il photographie par flasches de sa pauvre mémoire vitreuse les objets symboliques de ses anciennes activités. Masturbatoire !

 

Tango si

Tango si (veste milonguero, disque 33 tours, boules en bois, bas résille, manequin en platre)

Enfin un travail d'une certaine élégance ! Il manque toutefois une chaussure de femme au bout du pied. Et les deux roupettes en bois qui ponctuent l'installation laissent, hélas ! peu d'espoir sur la moralité de l'auteur.   

 

 


Le rêve du Pianiste (détail)Souriez ! (détail)Le rêve du Pianiste (détail)Souriez ! (détail)Le rêve du Pianiste (détail)Souriez ! (détail)Le rêve du Pianiste (détail)

Repost 0
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 17:22
Loft' Art
Guest House




In an atipic artist's loft, an original 40m2 studio with a terrace
.

At the third lift of the loft, a studio with a kitchen area.
Room in a mezzanine. Bathroom.
Very quiet.
For one or two persons.
Private 20 m2 terrace overlooking the factory roofs, with garden furniture, parasol, plants and barbecue.
Broadband Internet access, TV, French Films and radio.
Entrance by recording and rehearsal studio.

600m to A metro
500m to bus C3
100m to velo'V station (short term bicycle rental).






Artists residence, rehearsal room and photo studio

Rehearsal room (70m2) with a small stage (12m2). Clavinova Piano, jazz drums, djumbe. Microphones for voice and recording. Recording software Cubase with 8 pists Yamaha sound mixing console, CardBus PC card, loudspeackers. 4 Photo Multiblizt 400 watts. 2 light boxes. Stage lights. Bar.

Rent tarifs on demand.




Thematic meetings

Music, singing, danse, poetry, theatre, photo exhibition, conferences.
Tarifs on demand according with needs.  









To contact, click here

Repost 0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 16:34
Loft ' Art

Chambres d'hôtes

Dans une loft d'artiste atypique, un studio de 40 m2

Au troisième niveau d'un loft original, studio avec cuisine équipée.
En mezzanine, un salon chambre.
Jolie terrasse arborée de 20 m2 sur les toitures de cette ancienne chaudronnerie.
Internet, TV, radio. Salle d'eau avec WC.

A 600 m, métro A statio République. A 500 m, bus C3.
Très calme. Entrée par studio d'enregistrement et de répétition.


Tarif : 300 € la semaine.







Résidence d'artistes, salle de répétition et studio photo-cinéma
Salle de répétition de 70 m2 avec petite scène de 12 m2. Piano Clavinova, batterie de jazz, djumbe. Micros d'enregistrement de voix et d'instruments. Logiciel d'enregistrement Cubase avec table de mixage 8 pistes, carte son et sono. 4 Eclairage photo Multiblitz 400 watts. 2 boites à lumière. Fonds photo amovibles. Eclairage scène. Bar. 

Tarifs de location sur demande et accord.









Soirées à thème

Musique, chant, danse, poésie, théatre, expo photo, débats...
Tarifs sur demande selon prestations.






English speaking
Se habla español


Me contacter à Bubble Art
photo JC Chuzeville.










Repost 0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 17:43






Nous profiterons de cette milonga (bal de tango argentin) pour vous présenter la derniere création de Malika et Fabrizzio : 'Ensueños'. Court métrage réalisé par la Compagnie Studio Tango Argentino et Catherine Demeure.



La rencontre entre deux personnes peut se faire sans un mot.
Les deux personnages créent des situations imaginaires à partir d'un
 simple croisement dans une gare.
Chaque lieu devient le scénario d'une rencontre à travers la danse.
Une relation imaginaire se construit petit à petit, jusqu'au
 moment où la réalité reprend le dessus et les sépare avant même
qu'ils puissent avoir l'occasion de se connaître.
Mais le hasard et le Tango permettent parfois
d'imaginer la réalité ou de réaliser l'imaginaire...





Repost 0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 11:23
Ha, les femmes algériennes...

Bubble Art et Linda Khebbab présentent :
une soirée autour de la femme algérienne : textes, poésies et chansons.

LE SAMEDI 5 JUILLET 2008 à 20 h
au LOFTAF, 28 Rue Anatole France, Villeurbanne
(Métro République)

avec :
 Bronx, Rappeur
 Alain Gourion, Chanteur
 Jean-Marc Le Bihan, Chanteur

PAF : 5 €, thé, gateaux.

       LES INSOUMISES
                       
par Linda Khebbab
 
FEMMES DE MON ENFANCE,
FEMMES DE MA JEUNESSE.
 
FEMMES DE MON QUARTIER,
FEMMES DE MON PAYS,
FEMMES DE MA VIE.
 
JE VOUS ENVIE !
 
FEMMES  GENEREUSES,
FEMMES AU COEUR DOUX.
 
FEMMES AUX SENTEURS DE MIMOSAS,
FEMMES AUX LOURDES CHEVELURES,
 
FEMMES AUX ECLATS DE RIRES,
FEMMES AUX LAMENTATIONS POETIQUES,
 
JE VOUS ENVIE.
 
FEMMES SACRÉES.
FEMMES FIDÈLES AUX AMOURS SECRETES,
 
FEMMES FIERES,
FEMMES AU MENTAL DE PIERRE.
 
FEMMES AUX MAINS TENDUES,
MASTURBANT L’ENNUI,
 
JE VOUS ENVIE.
 
FEMMES BLANCHES TATOUÉES,
FEMMES BRUNES FARDÉES POUR VOUS PLAIRE.
                      
FEMMES VOILÉES
AU VISAGE DÉCOUVERT,
AU REGARD DE L' ECLAIR.
FEMMES DÉFIANT LES ORAGES.
 
FEMMES QUI PARTENT,
FEMMES QUI RESTENT
 
FEMMES QUI MARCHAIENT SUR LES TERRES SÈCHES
ET SUR LES TERRE HUMIDES.
FEMMES TOUJOURS EN ROUTE,
ET QUE L’ON SUIT.
 
FEMMES QUE L'ON PROTÈGE,
ET QU’ENSUITE ON TUE A COUP DE MÉPRIS.
 
FEMMES, ON VOUS ENVIE !
 
ET QUAND CERTAINS CHANTENT ET DÉCHANTENT:
« EST-IL IMPOSIBLE DE VIVRE DEBOUT »,
MOI JE DIS OUI,
EN PENSANT A VOUS,
 
FEMMES DE MON ALGERIE,
FEMMES INSOUMISES,
FEMMES CHÉRIES.
 

Repost 0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 09:21
Au Fil de l'Autre.
Le Cri, d'Edvard Munch.
  Bubble Art
présente un
Récital Textes et Chansons
avec François et Patrick Minod, Alain Gourion (textes, chansons)
Olivier ORRY et Artur Filipe (guitares)
Pour la fête de la Musique
le samedi 21 juin 2008 à 20h
au LOFTAF, 28 rue Anatole France,
à Villeubanne.
(PAF : 10€)

 Au   fil de l’autre  (Extraits, F.Minod)

  



Ça passera bien un jour

Ça passera bien un jour tout de même, ça peut pas rester comme ça c’est trop gros ce machin-là, tu m’entends c’est trop gros on peut pas le garder.
Il dit rien, il dit jamais rien quand je lui parle, il reste là dans son silence et il croit que je l’entends pas dans son silence, il croit que je vais rien voir mais il se trompe, s’il savait tout ce que je voyais il en ferait une tête, mais il voit rien dans son silence, il voit même pas que c’est trop gros, qu’on va nous repérer  et c’est toujours moi qui dois  m’en occuper  de tout et  lui il s’en fout,  il attend que ça passe comme toujours. Et les autres ils nous regardent. On a l’air de quoi avec ce truc, c’est vrai quoi on a l’air de quoi, quoi ?
Si j’avais su, je l’aurais laissé dans ses gravats, ni vu ni connu, chacun chez soi, non mais c’est vrai quoi y’a pas de raison y’a pas de raison, c’est ça que j’dis depuis le début mais lui il s’en fout il continue, il continue comme ça, mine de rien et il s’en fout des autres y’a pas de souci pour lui il est comme ça, on le changera pas, c’est ça qu’il dit, on me changera pas j’suis né comme ça  et moi j’ me dis, j’ me dis jeudi, mais j’en sais rien au fond, j’en sais rien, j’suis comme lui, sauf que lui il s’en fout de tout, alors les autres, n’en parlons pas. N’en  parlons pas tout court, ça sert à rien qu’à s’illusionner, y’a qu’à rester là et attendre que ça passe, il paraît que ça passe, on ne s’en rend même pas compte qu’ils disent, pas de trace, ça passe sans laisser de trace, c’est ça qu’ils disent les autres. Mais moi je voudrais voir tout de même si ça passe aussi bien qu’ils le disent les autres je voudrais voir si c’est vrai que ça passe sans laisser de traces, si ça s’efface aussi bien qu’ils le disent. Je voudrais juste vérifier qu’il n’y a aucune trace parce que des fois on croit qu’y a rien, on voit rien et on se dit y a rien et on y croit. On pense que si on voit rien y a rien. On est tous un peu comme ça, à croire que puisqu’on voit rien, y a rien. Et c’est souvent plus tard, bien plus tard que la trace apparaît au grand jour. Elle n’était pas là au début, du moins c’est ce qu’on croyait puisqu’on ne voyait rien. On était sûr de son fait :
- y a rien à voir disait-on sûr de soi,  pas l’ombre d’une trace, rien du tout, puisque je vous le dis.  Sauf qu’elles  étaient là les traces, z’étaient bien là, au centre du machin, dans l’ombre elles attendaient  le moment propice.
Bon, c’est pas tout ça, il faut que je me décide maintenant, je vais pas rester là à attendre que ça passe, tu m’entends, il faut y aller, alors bouge-toi un peu pour une fois, remue ta graisse, on va pas y passer la nuit tout de même, allez viens ! Mais bouge-toi bordel,  ils vont venir et on aura l’air de quoi tous les deux à attendre que ça passe. Je sais, tu t’en fous, c’est pas nouveau, ça dure depuis que je te connais mais tout de même, on a notre fierté, on va pas les laisser croire qu’on attend sans rien faire. Tout de même. On va pas leur donner ce plaisir-là, non mais c’est vrai quoi, il ne manquerait plus que ça.
- Que faites-vous ?
- On attend que ça passe
Tu t’imagines un peu la scène. C’est pas possible, le mieux c’est de bouger. Ils verront rien si on bouge, ils se diront pas  mais qu’est-ce qu’ils foutent ces deux là, plantés là, c’est pas normal, je suis sûr qu’ils attendent que ça passe. Non ils diront pas ça si on bouge, ils verront rien de particulier, il y a tant de gens qui bougent, qui s’affairent, personne n’y fait attention, c’est la tendance générale, aller, venir, marcher, courir, surtout ne pas susciter la curiosité, passer son chemin, mine de rien, surtout ne pas donner à voir qu’on attend que ça passe. Bouger toujours, aller vers, paraître décidé, déterminé, motivé, concentré, tendu tout entier vers l’objectif. Tu comprends ? Non ? C’est pourtant simple. Tu n’y crois pas ?…
Bon tu fais ce que tu veux, moi j’y vais, je ne vais tout de même pas rester là, à attendre que ça passe avec toi, non, je vais y aller, je passerai devant eux, tranquille, je ne les regarderai

pas, je ferai comme s’ils n’existaient pas, c’est le meilleur moyen de ne pas attirer leur attention. Passer son chemin, paraître occupé, surtout ne pas s’arrêter, jamais, ça peut être fatal s’ils s’en aperçoivent.


                                                                     ***




 L’homme pressé
Alors qu’il s’apprêtait à descendre les escaliers, les marches se mirent à se contracter, se rétrécir, formant de larges rides de béton. Les marches, convulsivement remuaient en tout sens. L’homme pressé se résolut à prendre l’ascenseur. Il appuya sur le bouton d’appel, son doigt fut aspiré, puis son bras, puis tout son corps. L’homme était pressé.

                                                                      ***


Bleu
Le ciel est bleu, la mer est bleue, le soleil est bleu, il pleut.
                                                                    
                                                                      ***



Le visage de l’autre (1)
 
De dos je l’aperçois, est-ce elle ? Vraiment ? Cette courbure en bas des reins, cette allure, je presse le pas, la foule est dense, j’hésite, je veux et ne veux pas savoir, je ralentis, elle est à ma portée, à portée de regard, il suffirait que j’accélère un peu pour voir son visage. Subitement elle tourne, disparaît de mon champ de vision, je sens battre mon cœur, je la perds, il faut que je la rattrape, je veux y croire, il y a d’autres couloirs, c’est une immense toile, et je cours à droite puis à gauche, je ne sais plus, mon cœur s’emballe et ma tête et mon sexe et tout mon être. Ne sais plus où elle est passée, je l’ai laissée filer, c’est comme ça à chaque fois, je veux et ne veux pas la voir, de dos oui mais pas de face, ne sais pas la raison, ne veux pas savoir. Et tandis que je parle elle a disparu. Et je reste avec cette impression d’elle, je l’ai perdue encore une fois et ne saurai peut-être jamais quel est ce visage dont l’empreinte me hante.


                                                                     ***
« Maudit Mot » (Chanson P.Minod)


Refrain
Ce joli mot, ce maudit mot d'amour
Que ne te l'ai'je dit, écrit en retour
Dans l' creux de tes reins, le galbe de tes seins
Que ne te l'ai'je dit, écrit, c'petit rien
Dans la jungle d'nos nuits d'automne à Paris
Dans les plaines froides, figées de Sibérie
Quand le soleil se couche là bas à son tour
Que ne te l'ai'je dit ce mot sans détour


Couplet
Les mots convenus sont des déserts sans issus
Où flottent un océan de paille, un vent reclus
Quand vidés de leur moelle ils restent dans les nues
Suspendus aux lèvres tremblantes, désir déchu
Ne pas dire sa joie, sa gène, ne pas être vu
Cache cache comme seule hygiène, pilules anti bévues

Refrain

Couplet
Quand la parole n’est plus que plainte, murmure, soupir
Et qu’elle se pétrifie, pourquoi ne pas la dire
Ces mots perdus dans la limbe, les non dits d’hier
Comme des jouets fantômes dans les greniers, ils errent,
L’amour comme la haine parfois ne peuvent être dit
Marre des âmes en peine, et vive la comédie

Refrain

Couplet
Quand le verbe broie du noir qu’il s’rejoue la grand’ scène
Sous le pont Mirabeau mais où donc coule la Seine
Prisonniers de ciels gelés, de lunes accroche-coeurs
Les mots d’humeur chavirent en de bilieuses rancoeurs
Comment soigner ces maux, cette lancinante douleur
Un souffle, un sourire, un mot, un baume au coeur

-------------------------------------

Ephémère (Texte P.Minod)

Le lent contournement du train
Dans cette plaine infinie
que borde la montagne

Que de rêves perdus
Dans cet océan du bout du monde
Que de sourires gâchés

Aux portes de l’automne  
le temps s’immobilise
devient racine

De cet égarement amoureux
J’en extrais toute la pulpe
Je provoque l’ivresse

Derrière la vitre le soleil dévore la terre
inonde le wagon

Au loin le chant des sirènes

Ni attaches, ni boussoles
Ni remords, ni regrets

Les champs s’ouvrent, la terre s’écarte
Le train vole sur les rails
Que nos regards se croisent ou non
Dans le hall de la gare
Au diable l’amertume

Aujourd’hui l’éphémère sera éternité

-------------------------------------
« Marre » (chanson P. Minod)


Refrain
Aucun oiseau de passage
Ne rêve encore dans ce pays
Ecoute moi
Où que tu sois
Quelles que soient les couleurs passées
Envie de toi
Où que tu sois
Quelles que soient
Les digues jetées

Couplet
Que la lune sur ton visage
Efface les nuages de l'ennui
Ici l'océan n'a plus d'âge
Les soleils se couchent à minuit
Le lagon est bien trop sage
L'azur trop infini
Marre du paradis, des alizés    
Des lézards verts, des cocotiers
Marre du sable blanc, des vahinés
De l'eau turquoise, tous ces clichés

Refrain

Couplet
Que la brise sur ton regard
Renverse tous mes horizons
Ici Gaughin a perdu l'espoir
D'un monde nouveau foin des canons
Son dieu païen l'a laissé choir
Lumière figée, trop de saisons
marre des daiquiris, des azalées
du rhum frappé sous les palmiers
Marre de ces émois des quant à soi
des coraux rouges ou mordorés

Refrain

Couplet
Que tes hanches, tes seins, tes soupirs
irise ma vie de Robinson
Ici tout part à la dérive
Atoll perdu dans la mousson
Le temps nonchalant s'étire
Sable étourdi par l'érosion
Marre des paréos, des orchidées
Des bénitiers, des cétacés
Marre de ces cancans, de tout ce temps
Des parasols blancs, des flamboyants
-------------------------------------
Patrick Minod
Etudes supérieures en sciences humaines et en musicologie,  chargé d'enseignement à HEC et à l'Ecole Centrale de Paris, il dirige une entreprise spécialisée dans  le coaching, l'art oratoire et la cohésion d'équipe. Il intervient auprès de cadres dirigeants, d'hommes politiques, d'artistes et de coachs qu’il forme et supervise. Le thème de la présence physique et vocale, conjugué à celui de l'identité et de la créativité sont au cœur même de son approche. 
Après un parcours de plus de 15 ans dans le domaine de la création artistique (théâtre musical contemporain), il a repris depuis peu l'écriture de chansons et la composition musicale.


François Minod :
Après avoir exercé pendant 25 ans des activités de professeur en Sciences sociales dans l'enseignement supérieur et de conseil dans le monde de l'édition, François Minod se consacre désormais à l'écriture et au théâtre .
 
Son ouvrage "au fil de l'autre" publié en mars 2008 aux éditions Hesse est une déambulation poétique autour de ce qui, en creux, murmure. En deçà des mots dits, un monde étrange, insolite, affleure à peine et s'insinue dans les petits plis du langage où l'autre, en embuscade attend…
Repost 0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 18:17
Escale Tango 2008








 
 

Festivités de Tango Argentino
 
27, 28 et 29 juin 2008
 
Cour de la Mairie du 6e et Salle Victor Hugo
33 rue Bossuet 69006 LYON
 
Spectacle,  Bals en plein air avec musiciens, Stage d'initiation et de perfectionnement
 
Artistes invités:
Eduardo CAPPUSSI et Mariana FLORES

Quarteto "Yuyo Verde"
 
PROGRAMME du Stage:
 
Vendredi 27 Juin:
18h30 - 20h00
Stage de perfectionnement Niv 1  avec Eduardo et Mariana

20h00 - 21h30
Stage de perfectionnement Niv 2 et Niv 3 avec Eduardo et Mariana

Samedi 28 Juin
14h00 - 15h30
Stage de perfectionnement Niv 1avec Eduardo et Mariana
16h00 - 17h30
Stage de perfectionnement Niv 2 avec Eduardo et Mariana
18h00 - 19h30
Stage de perfectionnement Niv 3 avec Eduardo et Mariana

Dimanche 29 Juin
10h00 - 11h30
Stage de perfectionnement Niv. 1avec Eduardo et Mariana
11h30 - 13h00
Stage de perfectionnement Niv 2 avec Eduardo et Mariana
14h00 - 15h30
Stage de perfectionnement Niv 3 avec Eduardo et Mariana
Tarifs pour le Stage avec Eduardo et Mariana

140 €
Stage complet, 3 niveaux    8 cours = 12h
120 €
Stage 2 niveaux                  6 cours = 9h
105 €
                                                 5 cours = 7h30
90 €
                                            4 cours = 6h
70 €
Stage 1 niveau                      3 cours = 4h30
27 €
                                             1 cour = 1h30
20 €
Adhésion à l'association
Réduction de 10% pour les inscriptions en couple
 et 15% pour les - 26 ans et les demandeurs d'emploi

PROGRAMME du Week End:
Vendredi 27 Juin:
18h00
Ouverture de l'évènement
19h00 - 21h00
Stage d'initiation avec Studio Tango Argentino
21h00 - 24h00
Démonstration et Bal Tango en plein air

Samedi 28 Juin
18h00
Accueil du public
19h00 - 21h00
Stage d'initiation avec Studio Tango Argentino
20h00 - 24h00
Bal Tango en plein air
Dimanche 29 Juin
17h00
Accueil du public
18h00 - 19h30
Spectacle Danse et Musique (E.  Cappussi et M. Flores,








 Fabrizio et Malika,
 Quarteto "Yuyo Verde") Salle V. Hugo

19h30 - 24h00
Bal Tango en plein air avec le Quarteto "Yuyo Verde"

Le Spectacle, les Bals et les Stages d'initiation sont gratuits
 
 
Informations et Inscriptions :
Fabrizio et Malika
infos@studiotangoargentino.com
www.studiotangoargentino.com
06 63 13 72 94 ou 04 78 24 40 94 ou
06 81 84 13 69


Repost 0