Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BenBlog
  • BenBlog
  • : Ce site / blog artistique et ludique a pour vocation de présenter mes productions, et celles d'auteurs invités : livres, poèmes, chansons, nouvelles, expositions, billets d'humeur sur la vie culturelle, politique, sociale et juridique, émissions de radion, compositions musicales électro-acoustiques.
  • Contact

Recherche

Archives

23 décembre 2006 6 23 /12 /décembre /2006 20:26

Joyeux Noël

Conte d'anticipation, par Pierre Alain Gourion 

  
 
            Dans la salle des machines, au sous-sol du bâtiment technique, l’alerte était donnée. Une alerte blanche, la moins grave en principe. Comme par hasard un soir de Noël, où personne n’était là, tous en famille, tu parles !
 
Lui, Bruno,  il les prenait souvent, ces soirées là. Peinard. Il était divorcé. Ses enfants étaient grands. Sur la base expérimentale de Guantanamo, après que la République Populaire de Cuba se soit transformée en quarante sixième étoiles des Etats-Unis d’ Amérique en 2132, le salaire était double, et pas imposé fiscalement. De plus, les gardes pendant les fêtes comptaient triple. C’était donc tout bénéfice. Mais pas avec une alerte, même blanche. Merde !  
 
            Bruno quitta à regret, quand la lampe clignota, l’émission historique de la deux cent trente huitième chaîne nipponne: les films érotiques du XXIème siècle donnaient vraiment à penser. Il descendit en ascenseur, en maugréant contre son sort. Les incidents n’arrivaient qu’à lui alors que, ce soir justement, il était seul pour contrôler, et pour trouver la cause. Et s’il faisait appel, devant la difficulté, à l’informaticien en chef, qui devait pantoufler à la Havane avec sa mexicaine, ce ne serait sans doute pas terrible pour son avancement.
 
            Il chassa cette pensée: chacun savait pourtant dans le Service que certains programmes n’était pas au point, et que les alertes étaient devenues fréquentes depuis l’attaque informatico-virale d’Al  Kabbale, la dangereuse secte islamo judaïque.
 
            Quand il pénétra, au niveau-5, après avoir été automatiquement identifié grâce à sa greffe occipitale, à l’intérieur du rond-point central, il vit immédiatement que c’était encore YOM que faisait des histoires. YOM, pour les initiés, c’était le surnom donné au nouveau Computer fraîchement arrive de Chine Populaire, précisément le 11 septembre : un superbe YOM ZER de la 6eme génération, le premier qui était livré sur l’Ile, dans le cadre du Programme de Coopération Technique avec l’Union Populaire Européenne, le trop fameux Programme LOGIK FLOU. L’appareil, bien heureusement d’ailleurs, n’était qu’en fonctionnement expérimental, mais le Ministère de la Liberté et de l’Intérieur européen, à Dachau Ouest, avait cependant exigé qu’on l’interconnecte avec l’ensemble du Réseau National Informatique Européen (RENIE). De l’avis général des membres du Service, parmi lesquels un grand nombre était syndiqué, cette connexion était une absurdité, voir un danger sérieux, même si le YOMI ne s’était encore vu assigné aucune tâche décisionnelle. La chose avait du être négocié, comme d’habitude, en échange de trucs inavouables. Bruno, il le savait bien, n’était qu’un lampiste, même s’il avait depuis longtemps acquit le statut d’Humain Orange,Guantanamo book cover qui donnait beaucoup d’avantages intermédiaires.
 
            Il connaissait mal le YOM. Quand il était sorti de l’Ecole des Cadres de Yale-Ravensbruck, en 2173, seules les bécanes de la 5eme génération étaient connues. De plus, il acceptait mal que les Etats-Unis et l’Europe dussent importer un tel outil de Chine, avec tous les aléas que cette vente comportait, et malgré les terribles enseignements de la troisième guerre mondiale. Le service après vente de Pékin, il était plutôt réticent, lui !
 
            Bruno  approcha du YOMI, qui tournait normalement.
 
            Tout paraissait calme sur le front des cadrans témoin. Seul, le tableau de contrôle RENIE présentait le clignotant de l’alerte blanche. Sans motif apparent. L’homme brancha, par routine, le questionneur d’incident, Yomi ayant été conçu pour s’auto détecter. La douce plainte du questionneur se fit entendre ; elle signifiait aux différents réseaux de l’Ordinateur, de manière objective, et systématiquement, qu’une réponse était attendue.
 
Sur l’écran vert de Résultat Contrôle, en effet étaient apparus les mots :
 
                                   DETECTION
                                   INTERIEURE :
 
            Il avala machinalement, un cachou de décontractylomenthe et attendit le bilan. Celui-ci s’afficha, en saccades lentes :
 
                                   DETECTION
                                   INTERIEURE :
                                   POEME
 
            Poème ! Merde alors ! Ce mot ne lui disait rien. Il prit nerveusement, dans la poche intérieure droite de sa combinaison orange, le Répertoire de Sigles Explicatifs RSE qui donnait, dans l’ordre alphabétique, les significations codées des mots affichés par l’écran, et les manipulations que lui,  Humain Orange, devait imposer à l’appareil.
 
Il pût y lire, en clair, après PERDUX et PERPLEX :
                                                                                 
                               POEME : ALERTE  BLANCHE
                               DECONNECTER RENNIE
                               MANŒUVRE ROUTINE
                               POUR SUPPRIMER
                               LE FLOU
                               ENFONCER TOUCHE P.O.
 
            Et Bruno, blouse blanche sur combinaison fluo, vite, trouva P.O, et l’effleura du doigt; il l’enfonça, enfin. Sur l’écran vert il lit :
 
                                   DETECTION
                                   INTERIEURE
                                   P.O ENFONCE
                                   DETECTION
                                   INTERIEURE :
                                   NEANT.
 
            Le clignotant s’était éteint. L’alerte était terminée.
 
Il souffla, rassuré. Néant, pour le flou interne. Rangeant son RSE, après l’avoir tapoté comme on caresse son bon chien de satisfaction, il reprit l’ascenseur, et nota sur son clavier de poche, poche intérieur gauche de sa combinaison orange : « 2179/12/24, 0h17, ALERTE BLANCHE YOMI, POEME, FLOU INTERNE SUPPRIME ».
 
 
            A la télé nippone, le film érotique du XXIème était terminé. Il n’en connaîtrait jamais l’épilogue. Il zappa sur Jérusalem Vaticano 26, et suivit la messe en hébreu. Il songea furtivement à son bonheur, quand, autrefois, Max le curé le prenait dans ses bras.
 Ouais, joyeux Noël.
 
 
 
***
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PIERRE ALAIN GOURION - dans Nouvelles et Essais
commenter cet article

commentaires